Podcast

C’est quoi un Hospitality Happiness Manager ?

Happiness Officier, ce n’est vraiment pas un métier pour l’hôtellerie.
 
C’est inutile dans notre secteur. C’est ce que me partageait récemment une dirigeante d’hôtel. J’ai longtemps eu cet avis.
Pourquoi avoir un tel poste alors que notre métier c’est justement de prendre soin des gens et de les rendre heureux. On sait faire n’est-ce pas ?
Pour les clients peut-être. Pour les collaborateurs, beaucoup moins.
 
Si à une époque avoir des activités qui sortent de la fiche de poste était un plus, aujourd’hui c’est un incontournable, particulièrement avec la dernière génération.
Car rappelons-nous que nos collaborateurs veulent du sens et du lien social.
 
“Chaque mois, nous devons organiser de nouvelles activités pour les équipes en dehors de l’hôtel, sinon elles s’ennuient”, me confiait cette dirigeante.
Cette phrase a achevé de me convaincre.
 
Imaginez un instant qu’une personne soit dédiée au bonheur des salariés dans nos établissements.
On ne parle pas ici d’un RRH dont ce soit une énième tâche à accomplir.
Mais bien de quelqu’un dont ce soit la mission principale.
Organiser des team building, proposer des activités pour se ressourcer, avoir des semaines thématiques, des goûters ou des découvertes de saveurs. Rien de bien compliqué en somme.
 
Mais quel impact sur le moral des troupes.
Et quel effet sur la marque employeur au moment du recrutement : “ici, nous avons une personne dédiée à votre bonheur dans l’entreprise”.
 
Reste une dernière question : comment l’appelle-t-on notre responsable du bonheur ?
Hospitality Chief Happiness Officer, par exemple ?

Zoom sur le rôle d'un CHO

🌟 Redéfinition du Bonheur au Travail

J’aborde la pertinence du poste de « happiness manager » ou « happiness officer » dans l’industrie hôtelière et de la restauration. L’idée, initialement jugée ridicule, prend sens quand on considère les besoins de sociabilisation et de bien-être de la génération Z. Le rôle de ce poste serait de créer du lien entre les employés et l’entreprise, sans se limiter aux aspects professionnels.

🔍 La Mission du Happiness Officer

Le happiness officer aurait pour mission de répondre aux problématiques de bien-être des employés, en organisant des activités extra-professionnelles et des moments de détente comme le yoga ou la méditation. Ce rôle pourrait être à temps plein ou partiel, interne ou externe à l’entreprise, selon les ressources disponibles.

💡 Importance de la Cohésion Interne

Il est essentiel, pour moi, de briser les silos au sein des entreprises et de créer de la fluidité entre les différents départements. Le happiness officer jouerait un rôle clé en facilitant la communication et en organisant des activités collectives pour renforcer l’esprit d’équipe.

🚀 Lien Entre Bonheur et Performance

L’intégration d’un happiness officer est présentée non seulement comme un investissement dans le bien-être des employés mais aussi comme un levier pour améliorer la performance de l’entreprise. Un employé heureux est souvent plus productif, ce qui justifie l’embauche d’une personne dédiée au bien-être.

🤝 L’Empathie Comme Qualité Essentielle

La réussite du poste de happiness officer dépend fortement de la personnalité et des compétences interpersonnelles de l’individu recruté. La capacité d’écoute, l’empathie et la bienveillance sont cruciales pour établir une relation de confiance avec les employés.

🌐 Élargir les Horizons

Je vous encourage à penser au-delà des frontières traditionnelles de l’entreprise. Vous pourriez organiser des activités avec d’autres établissements, y compris des concurrents, pour créer du lien et de la solidarité au sein du secteur, et même de partager des ressources en cas de besoin.

Notes et références :

Catégories
Cet article vous a plu ?
Partagez-le sur vos réseaux sociaux !
Partager sur Facebook
Partager sur LinkedIn
Partager sur Twitter

D'autres contenus sur le même sujet...

Onboarding CHR

Comment réussir un onboarding en CHR ?

L’onboarding est une étape cruciale dans l’intégration des nouveaux collaborateurs. Il est essentiel de ne pas rater cette phase, car selon Work Hello (2021), un onboarding raté peut coûter jusqu’à 7000 euros à une entreprise.

Lire la suite »