Interview, Podcast

Créer une marque d’hôtels Feel Good, avec Eric Omgba

Résidant à Bordeaux, il va s’en dire que je suivais depuis longtemps la marque d’Eric Omgba. 

Il faut dire que FirstName était une des ouvertures les plus attendues de l’année 2023.

Étant en contact régulier avec l’établissement que j’apprécie particulièrement, je voulais absolument vous faire découvrir l’envers du décor. 

Même si vous avez l’habitude d’aller au bar de l’hôtel, je suis sûr que vous n’avez jamais visité ce lieu dans le lieu. 

Vous pouvez donc le découvrir à travers cet épisode filmé dans un espace caché de FirstName : au Speak Easy.

Qui est Eric Omgba ?

Eric-Michel Omgba se décrit comme un profil classique hôtelier. Passé par les métiers du marketing, avant d’évoluer vers les opérations hôtelières, il a finalement fondé un groupe, puis sa propre marque.

Mon invité vous dira qu’il est tombé dans le métier par gourmandise, comme souvent dans l’hôtellerie restauration. 

Au sein de son parcours scolaire, il rencontre Jérôme Bosc, qui deviendra un de ses associés au sein d’Alboran.

Par la suite, dans l’une de ses expériences professionnelles, chez Disney, il rencontre Yann Caillere, son deuxième partenaire.

On comprend bien ici l’importance des relations humaines et de bâtir son réseau sur une longueur de vie. 

C’est d’ailleurs Yann qui offrira à Eric Omgba une belle opportunité en le faisant entrer chez Accor à un poste de direction d’un hôtel Ibis.

L'aventure entrepreneuriale

Eric avait trouvé les partenaires d’aventure, restait à choisir le projet auquel se confronter. 

Cela a commencé par un concept de restaurant marocain, qui s’est soldé par une faillite. 

C’est dans ces coups durs que l’on sait sur qui on peut compter et cet échec a été l’occasion de fédérer Eric, Jérôme et Yann. 

Alboran et FirstName

Le groupe

Alboran Hotels & Hospitality, c’est d’abord l’association de personnes qui partagent une vision commune, long terme. Des hôteliers qui ont eu envie de laisser leur propre patte après des années passées à la tête de grands groupes.

Alboran, c’est la holding qui détient une vingtaine d’hôtels, certains en franchise dans les principaux franchiseurs (Accor, Hyatt, Marriott).

Une des choses qu’on adore chez les franchiseurs c’est leur capacité à structurer une offre. Une des choses qui nous frustre c’est que quand ils deviennent trop gros, par moment la vision dogmatique les empêchent de prendre de l’initiative sur des choses qui pour nous pourraient être du bon sens - Eric Omgba

La marque

Lancée en janvier 2023, FirstName est la réponse qu’Eric et ses associés n’avaient pas trouvé dans les grands groupes.

Une marque « Feel Good », comme ils l’appellent. Un lieu moderne, où on se sent bien et dans lequel ils ont essayé de supprimer les différents points de frictions identifiés tout au long de leur carrière.

Le tout avec un gros focus sur l’approche RSE et des choix parfois engagés, comme le fait de supprimer les minibars des chambres pour mettre à la place un accès à une kitchenette commune par étage. 

Le financement

Je ne sais pas vous, mais moi, je suis hôtelier.

Autant, je comprends très bien la partie gestion des opérations hôtelières, autant le financement est un aspect qui de mon point de vue est bien plus complexe. 

L’hôtellerie, c’est un métier qui est très consommateur de cash, surtout lorsque l’on souhaite être propriétaire des murs et du fonds de commerce. 

Eric Omgba et ses associés ont donc fait appel à des partenaires qui leur ont fait confiance et les accompagnent dans le projet. Cela et un concours bancaire, voilà qui donne les bases du carburant qui a permis de lancer le groupe. 

Le troisième levier, c’est l’activité elle-même. Chaque hôtel qui dégage des bénéfices au sein du groupe permet de financer les suivants. 

Le futur du Feel Good FirstName

C’est une histoire d’opportunités, dirait Eric Omgba. 

Après avoir donné sa raison d’être à la marque et lancé ce premier projet à Bordeaux, il semblerait qu’un nouveau futur se prépare, avec une prochaine aventure, prévue en 2025, dans un lieu encore tenu secret. 

Ce qu’il manque à l’hôtellerie aujourd’hui, c’est de passer le stade d’une hôtellerie transactionnelle à une hôtellerie relationnelle - Eric Omgba

Les deux clients

Eric et moi partageons la même vision des deux clients : 

Interne et externe. 

Externe, c’est le client habituel, celui qui paye et auquel on pense traditionnellement. 

Interne, c’est l’employé. C’est celui qui produit le moment de magie pour le client externe. 

Win Win Green

C’est ainsi qu’on évoque la RSE, notamment la partie écologique au sein de FirstName. 

Tout a été réfléchi, avec beaucoup de bon sens, pour avoir des produits sourcés autant que possible de manière locale. C’est d’ailleurs Eric Omgba et ses partenaires qui ont choisi chacun des produits qui équipent l’hôtel. Un travail minutieux et faramineux. 

Attractivité des CHR

J’ai demandé à mon invité comment séduire et attirer des profils dans nos métiers, notamment les jeunes générations. 

Eric Omgba m’a donc partagé quelques conseils actionnables :

  • Être à l’écoute des collaborateurs
  • Avoir des managers formés aux nouvelles générations (et aux anciennes), qui les comprennent
  • Être sincère. Dire ce qu’on fait et faire ce qu’on dit.
Plus on pourra les comprendre, plus on pourra leur faire des offres sur-mesure.
Et il faut aussi accepter que le turn-over n’est pas une maladie. 

Le livre

Le monde de Sophie - Jostein Gaarder

Les autres épisodes cités

Pour contacter Eric Omgba

Le message aux Insiders

Si on ne veut pas vivre le travail comme une contrainte, il faut l’embrasser comme une opportunité d’épanouissement

Pour écouter la version audio uniquement

À retrouver également sur votre plateforme d’écoute préférée !

Catégories
Cet article vous a plu ?
Partagez-le sur vos réseaux sociaux !
Partager sur Facebook
Partager sur LinkedIn
Partager sur Twitter

D'autres contenus sur le même sujet...

Onboarding CHR

Comment réussir un onboarding en CHR ?

L’onboarding est une étape cruciale dans l’intégration des nouveaux collaborateurs. Il est essentiel de ne pas rater cette phase, car selon Work Hello (2021), un onboarding raté peut coûter jusqu’à 7000 euros à une entreprise.

Lire la suite »