Chroniques d’un nouveau monde

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ceux qui m’ont dans leurs contacts LinkedIn le savent, je viens d’être embauché afin de participer à l’ouverture (bruyante ?) de The Peninsula Paris.

Je ne vous cache pas ma joie de pouvoir partager avec vous mes premiers moments au sein de ce merveilleux établissement.

Alors accrochez-vous, ceci n’est pas un récit fantastique tiré de mon imagination mais simplement quelques faits transcrits par un humble réceptionniste.

Et que mes détracteurs se rassurent, je n’écris sous l’influence de personne et mon intégrité reste entière. Quant à mon objectivité, ma foi, j’essayerai au maximum de conserver tout le recul que je me dois d’avoir.

C’est donc le 1er juillet que tout a commencé.

Et comme tout premier jour, il débute par une journée d’introduction. Sauf qu’au lieu de quelques personnes qui rejoignent un établissement, ce sont 90 employés qui sont intégrés d’un coup.

Alors ça y est, à ce jour l’hôtel a la moitié de son personnel, soit plus de 300 personnes. Démentiel, comme tout le reste. Je ne relaterai pas ici le contenu de la formation, car il est confidentiel, mais j’ai senti dans la voix de chacun de mes interlocuteurs la même énergie que celle qui m’anime. Et j’ai vu dans chaque collaborateur une telle passion et motivation face à ce challenge que je me suis immédiatement senti au milieu des miens.

Et que dire du produit ?

Grandiose. Tout est à la fois surdimensionné mais d’un détail dans la finition qu’il est possible de perdre des heures dans un couloir à contempler chaque relief.

Je me rappelle que lors de la première visite nous sommes tous restés scotchés devant la beauté du lieu, j’ai eu bien du mal à trouver mes mots pour exprimer cette sensation. C’était comme être dans un musée, chacun est touché par quelque chose en particulier et personne n’ose parler à voix haute, comme si les murs allaient frémir de la violence du son.

Il y a en ces lieux une âme, et bien que le batiment n’ai pas la prétention de rivaliser avec Versailles, je suis sûr que Louis XIV y aurait été fort aise…

Mais il paraît qu’une image vaut mille mot (pourquoi écris-je me direz-vous), je vous propose donc cette vidéo que j’adore et qui je suis sûr vous fera partager mes sentiments.

Je me sens particulièrement privilégié d’avoir été sélectionné pour faire partie du projet et j’espère avoir réussi à retranscrire toutes les émotions qui m’ont traversé au cours des derniers jours.

Et si je n’ai pas terminé de vous convaincre, rendez-vous le 1er Août pour l’ouverture…

Un commentaire

Envie de partager sur ce blog ?

%d blogueurs aiment cette page :